strict-transport-security: max-age=31536000; includeSubDomains

Intolérances alimentaires

et régime hyposodé

Vous devez suivre un régime pauvre en sel ? Vous souhaitez simplement diminuer vos apports pour préserver votre santé ? Modifier son alimentation n’est jamais simple. 1. Mais qu’est-ce que le sodium et à quoi sert-il ? 2. Quels sont les aliments riches en sel ? Par quoi les remplacer ? 3. Comment évaluer les quantités de sel / sodium sur les étiquettes alimentaires ? 4. Pourquoi adopter un régime hyposodé ?

Qu’est-ce que le sodium et à quoi sert-il ?

Le sodium (symbole chimique : Na) est un élément minéral présent dans le sang et le liquide interstitiel baignent les cellules de l’organisme. Le sodium est indispensable à la vie, au même titre que le potassium, le chlore ou le calcium. Au quotidien, il est consommé sous forme de chlorure de sodium (NaCl), le nom scientifique du « sel de table ». L’organisme contient environ 100 grammes de sodium, essentiellement dans les milieux extra cellulaires. Le sodium remplit de nombreuses fonctions importantes : il participe notamment à la transmission de l’influx nerveux, indispensable à la contraction des muscles. Grâce à des systèmes de transport spécifiques, dont la pompe à sodium appelée Na/K ATP ase, le sodium régule les concentrations en ions et en eau dans les différents milieux. Le sodium est présent dans la plupart des aliments, mais il ne faut pas en abuser. Les besoins minimaux de sodium sont d’un à deux grammes par jour. Ils varient avec l’âge, le sexe, le climat et l’activité physique. Les apports conseillés sont largement couverts par notre alimentation.

Quels sont les aliments riches en sel ?

Par quoi les remplacer ?

Le sodium est naturellement présent dans le lait et ses dérivés, les fruits de mers, les poissons et les eaux (qu’elles soient minérales ou de source), les légumes et le sel de table. Le sel est largement utilisé durant la fabrication et le conditionnement des produits transformés (pâtisserie, biscuiterie, charcuterie, conserves, fromages affinés, sauces et condiments, bouillons en cube, produits surgelés, sodas).
A titre d’exemple, voici une liste d'aliments contenant une grande quantité de sel : Le beurre salé Le lait entier Les fromages très salés comme l’édam, la feta ou encore les fromages à pâte persillée (ex. : Bleu d’Auvergne, Roquefort) Le pain et les biscottes salées La charcuterie La viande séchée, les viandes et poissons fumés Les fruits de mer et les œufs de poisson Même des aliments a priori « sucrés » peuvent renfermer une quantité non négligeable de sel (ex. : viennoiseries, fruits au sirop, gâteaux). Côté boisson, il convient d'éviter surtout les sodas, les jus de fruits industriels et (autant que faire se peut) les eaux minérales très riches en sodium (ex. : Badoit, Vichy Célestins, St-Yorre). Il convient aussi d'être attentif à la composition des plats et autres préparations industrielles. Ce sel « caché » pouvant être délétère en cas de pathologie cardio-vasculaire ou rénale, il faut apprendre à le déceler. Pour contrôler précisément sa consommation de sel, privilégier les plats faits maison. Penser aux épices et aux herbes aromatiques pour donner du goût aux plats sans avoir besoin de les saler. Il est possible aussi utiliser du sel de potassium (substitut au chlorure de sodium) en remplacement du sel classique (Attention toutefois aux risques d’hyperkaliémie définie par un taux plasmatique de potassium supérieur à 5,5 mmol/L). Côté fromages, penser à la ricotta (0,3 g de sel pour 100 g), à l’emmental (0,7 g de sel pour 100 g), au Saint-Nectaire (0.8 g de sel pour 100 g) et à la mozzarella (1 g de sel pour 100 g). Enfin, il existe de nombreuses eaux minérales pauvres en sodium comme Evian, Contrex, Vittel, Hépar, Thonon…

Comment évaluer la présence de sel / sodium sur les étiquettes alimentaires ?

Débusquer le sel présent dans les aliments n’est pas forcément aisé. Appelé sel, sodium ou chlorure de sodium, le sel est partout dans notre alimentation. Sa mesure variée peut prêter à confusion : sur les emballages il est souvent noté sodium, or : 1 g de sodium est équivalent à 2,5 g de sel ! Attention donc à bien prendre le temps de déchiffrer les étiquettes. Voici quelques repères qui aident à évaluer le taux de sel dans un aliment : Pourquoi adopter un régime hyposodé ? Le régime alimentaire joue un rôle crucial dans notre santé et l'une des approches nutritionnelles qui suscite de plus en plus d'intérêt est le régime sans sel , en particulier si vous prenez de la cortisone (la cortisone retient le sel). Un régime appauvri en sodium peut également être envisagé, et suivi pour les raisons suivantes : Hypertension artérielle : le sodium peut contribuer à une augmentation de la pression artérielle, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Réduire le sel peut aider à maintenir une pression artérielle saine. Rétention d'eau : une consommation excessive de sodium peut entraîner une rétention d’eau provoquant un gonflement et un inconfort. Un régime sans sel peut réduire cette rétention d'eau. Prévention des accidents vasculaires cérébraux : une alimentation riche en sel est associée à un risque accru d'accidents vasculaires cérébraux. En réduisant le sel, vous pouvez contribuer à prévenir ces événements graves. Soutien à la santé cardiaque : un régime sans sel peut être bénéfique pour la santé cardiovasculaire en général, en réduisant la charge de travail du cœur. Lorsqu'on suit un régime sans sel, il est essentiel d'éviter les aliments riches en sodium tels que : Le sel de table Les aliments transformés (conserves, plats surgelés, fast-food) La charcuterie (saucisses, bacon, jambon, etc) Les fromages salés (certaines variétés de fromages sont très riches en sodium) Les sauces et condiments salés (ketchup, sauce soja, moutarde, etc) Les biscuits apéritifs En conclusion un régime sans sel, ou dit appauvri en sodium, peut apporter de nombreux avantages pour la santé, en particulier lorsqu'on suit un traitement à base de cortisone ou pour maintenir une pression artérielle saine. Il est important de consulter un professionnel de santé ou un conseiller de la nutrition pour élaborer un plan alimentaire adapté à ses propres besoins. Si vous souhaitez plus de précisions, n’hésitez pas à me contacter. Je suis là pour vous aider ! Adopter un régime sans sel ne signifie pas sacrifier la saveur. A paraître en janvier 2024 un livre de recettes santé délicieuses et contenant des recettes faibles en sodium que vous pouvez intégrer à votre alimentation. Alors n’hésitez pas et suivez-moi sur les réseaux !
“Si on ne s'occupe pas de notre santé bientôt on devra s’occuper de nos maladies !” Charlène INNOCENTI
Na produits avec et sans sel sel tableau teneur sel Herbamare Logo Facebook Logo Linkedin Logo Instagram
Vous êtes le visiteur nr :

Intolérances alimentaires

et régime hyposodé

Vous devez suivre un régime pauvre en sel ? Vous souhaitez simplement diminuer vos apports pour préserver votre santé ? Modifier son alimentation n’est jamais simple. 1. Mais qu’est-ce que le sodium et à quoi sert-il ? 2. Quels sont les aliments riches en sel ? Par quoi les remplacer ? 3. Comment évaluer les quantités de sel / sodium sur les étiquettes alimentaires ? 4. Pourquoi adopter un régime hyposodé ?

Qu’est-ce que le sodium et à quoi sert-il ?

Le sodium (symbole chimique : Na) est un élément minéral présent dans le sang et le liquide interstitiel baignent les cellules de l’organisme. Le sodium est indispensable à la vie, au même titre que le potassium, le chlore ou le calcium. Au quotidien, il est consommé sous forme de chlorure de sodium (NaCl), le nom scientifique du « sel de table ». L’organisme contient environ 100 grammes de sodium, essentiellement dans les milieux extra cellulaires. Le sodium remplit de nombreuses fonctions importantes : il participe notamment à la transmission de l’influx nerveux, indispensable à la contraction des muscles. Grâce à des systèmes de transport spécifiques, dont la pompe à sodium appelée Na/K ATP ase, le sodium régule les concentrations en ions et en eau dans les différents milieux. Le sodium est présent dans la plupart des aliments, mais il ne faut pas en abuser. Les besoins minimaux de sodium sont d’un à deux grammes par jour. Ils varient avec l’âge, le sexe, le climat et l’activité physique. Les apports conseillés sont largement couverts par notre alimentation.

Quels sont les aliments riches en sel ?

Par quoi les remplacer ?

Le sodium est naturellement présent dans le lait et ses dérivés, les fruits de mers, les poissons et les eaux (qu’elles soient minérales ou de source), les légumes et le sel de table. Le sel est largement utilisé durant la fabrication et le conditionnement des produits transformés (pâtisserie, biscuiterie, charcuterie, conserves, fromages affinés, sauces et condiments, bouillons en cube, produits surgelés, sodas).
Na
A titre d’exemple, voici une liste d'aliments contenant une grande quantité de sel : Le beurre salé Le lait entier Les fromages très salés comme l’édam, la feta ou encore les fromages à pâte persillée (ex. : Bleu d’Auvergne, Roquefort) Le pain et les biscottes salées La charcuterie La viande séchée, les viandes et poissons fumés Les fruits de mer et les œufs de poisson Même des aliments a priori « sucrés » peuvent renfermer une quantité non négligeable de sel (ex. : viennoiseries, fruits au sirop, gâteaux). Côté boisson, il convient d'éviter surtout les sodas, les jus de fruits industriels et (autant que faire se peut) les eaux minérales très riches en sodium (ex. : Badoit, Vichy Célestins, St-Yorre). Il convient aussi d'être attentif à la composition des plats et autres préparations industrielles. Ce sel « caché » pouvant être délétère en cas de pathologie cardio- vasculaire ou rénale, il faut apprendre à le déceler. Pour contrôler précisément sa consommation de sel, privilégier les plats faits maison. Penser aux épices et aux herbes aromatiques pour donner du goût aux plats sans avoir besoin de les saler. Il est possible aussi utiliser du sel de potassium (substitut au chlorure de sodium) en remplacement du sel classique (Attention toutefois aux risques d’hyperkaliémie définie par un taux plasmatique de potassium supérieur à 5,5 mmol/L). Côté fromages, penser à la ricotta (0,3 g de sel pour 100 g), à l’emmental (0,7 g de sel pour 100 g), au Saint- Nectaire (0.8 g de sel pour 100 g) et à la mozzarella (1 g de sel pour 100 g). Enfin, il existe de nombreuses eaux minérales pauvres en sodium comme Evian, Contrex, Vittel, Hépar, Thonon…

Comment évaluer la présence de sel / sodium

sur les étiquettes alimentaires ?

Débusquer le sel présent dans les aliments n’est pas forcément aisé. Appelé sel, sodium ou chlorure de sodium, le sel est partout dans notre alimentation. Sa mesure variée peut prêter à confusion : sur les emballages il est souvent noté sodium, or : 1 g de sodium est équivalent à 2,5 g de sel ! Attention donc à bien prendre le temps de déchiffrer les étiquettes. Voici quelques repères qui aident à évaluer le taux de sel dans un aliment : Pourquoi adopter un régime hyposodé ? Le régime alimentaire joue un rôle crucial dans notre santé et l'une des approches nutritionnelles qui suscite de plus en plus d'intérêt est le régime sans sel , en particulier si vous prenez de la cortisone (la cortisone retient le sel). Un régime appauvri en sodium peut également être envisagé, et suivi pour les raisons suivantes : Hypertension artérielle : le sodium peut contribuer à une augmentation de la pression artérielle, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Réduire le sel peut aider à maintenir une pression artérielle saine. Rétention d'eau : une consommation excessive de sodium peut entraîner une rétention d’eau provoquant un gonflement et un inconfort. Un régime sans sel peut réduire cette rétention d'eau. Prévention des accidents vasculaires cérébraux : une alimentation riche en sel est associée à un risque accru d'accidents vasculaires cérébraux. En réduisant le sel, vous pouvez contribuer à prévenir ces événements graves. Soutien à la santé cardiaque : un régime sans sel peut être bénéfique pour la santé cardiovasculaire en général, en réduisant la charge de travail du cœur. Lorsqu'on suit un régime sans sel, il est essentiel d'éviter les aliments riches en sodium tels que : Le sel de table Les aliments transformés (conserves, plats surgelés, fast-food) La charcuterie (saucisses, bacon, jambon, etc) Les fromages salés (certaines variétés de fromages sont très riches en sodium) Les sauces et condiments salés (ketchup, sauce soja, moutarde, etc) Les biscuits apéritifs En conclusion un régime sans sel, ou dit appauvri en sodium, peut apporter de nombreux avantages pour la santé, en particulier lorsqu'on suit un traitement à base de cortisone ou pour maintenir une pression artérielle saine. Il est important de consulter un professionnel de santé ou un conseiller de la nutrition pour élaborer un plan alimentaire adapté à ses propres besoins. Si vous souhaitez plus de précisions, n’hésitez pas à me contacter. Je suis là pour vous aider ! Adopter un régime sans sel ne signifie pas sacrifier la saveur. A paraître en janvier 2024 un livre de recettes santé délicieuses et contenant des recettes faibles en sodium que vous pouvez intégrer à votre alimentation. Alors n’hésitez pas et suivez-moi sur les réseaux !
“Si on ne s'occupe pas de notre santé bientôt on devra s’occuper de nos maladies !” Charlène INNOCENTI
produits avec et sans sel tableau teneur sel Herbamare Logo Facebook Logo Linkedin Logo Instagram
Vous êtes le visiteur nr :